Une épidémie qui n’en finit plus-COVID19 -26 septembre 2020

   Une épidémie qui n’en finit plus:

                Pratiquement huit mois après le début de l’épidémie, le gouvernement continue de nous matraquer à coup de messages alarmistes et de nous imposer des gestes barrières : port du masque obligatoire, restrictions de circulation et/ ou de sortie en empêchant certains établissements d’accueillir du public en dehors de certaines heures ou en respectant une certaine jauge économiquement intenable. Règles définies arbitrairement et sans fondement scientifique par des préfets aux sensibilités différentes.

Au regard des « cas » toujours en augmentation en raison d’un dépistage (trop) massif, il est évident que cette stratégie ne fonctionne pas. Le virus circulera d’une façon ou d’une autre, que nous le voulions ou non. La seule chose à faire, pour nous protéger efficacement aujourd’hui, est d’atteindre le plus rapidement possible un taux d’immunité collective le plus élevé possible en considérant que le virus du mois de septembre n’est plus celui des mois de mars-avril. Il a perdu en dangerosité, ce qui explique en grande partie le peu de décès journaliers..

La stratégie globale du gouvernement pour enrayer la progression du virus est: détecter, dépister et isoler, ce qui est impossible quand on considère le nombre de cas positifs par jour s’élevant à plus de 10.000, ce qui fait un total mensuel de 300.000 personnes à suivre, sans compter les jours d’attente pour se faire tester et obtenir les résultats. Ce qui revient à dire que tout ce barnum sanitaire n’est d’aucune utilité mais, par contre, va coûter très cher à la collectivité.

Les politiques ont bien compris que cette position était intenable, la quatorzaine d’isolement vient d’être ramenée à sept jours. Cette décision a sûrement été dictée plus par des impératifs économiques et sociaux que sanitaires. Ce qui est la preuve que nous assistons à un grand « n’importe quoi « politico-scientifique. D’un côté, nous avons un conseil scientifique (que nous espérons voir mourir de sa belle mort rapidement…) qui prône un durcissement des mesures et de l’autre, des impératifs plus importants que le simple fait d’une épidémie en bout de course, qui nous obligent à reprendre une vie normale sous peine de mort économique rapide et définitive.

 Être détecté positif n’indique en aucun cas que vous allez mourir demain contrairement à ce que veut nous faire croire le gouvernement en annonçant chaque jour un nombre de plus important de personnes positives comme autant de malades. Être détecté positif montre  simplement que vous êtes porteur de traces d’ARN du virus mais ne montre en rien que vous êtes vecteur de la maladie . Cette “présence” du virus indique que vous avez été en contact avec lui à un moment ou à un autre. De plus, certains spécialistes comme le professeur Toussaint et d’autres (et un collectif  de médecins et de scientifiques) déclarent que les résultats de  la moitié des tests seraient faux : faux positifs surtout ou faux négatifs. Et d’autres aussi comme le professeur Taubiana, qui est reconnu comme un éminent spécialiste en épidémiologie, expliquent  que ces chiffres balancés en pâture tous les matins aux médias sans interprétation ne prouvent rien sur le développement de l’épidémie mais au contraire contribue  à maintenir un climat de peur et de confusion sur la population française.

Une question se pose donc: pourquoi continuer de faire croire, à une population entière qu’elle est en grand danger alors qu’elle ne l’est plus ?. La réponse semble évidente et simple : quel est le politique qui aura le courage de venir se présenter, un matin, devant une chaîne de radio ou de télé pour annoncer que l’épidémie est terminée ? Aucun, pour la simple et bonne raison que cela ouvrirait la porte aux attaques pour négligence et mise en danger de la vie d’autrui avec la possibilité un jour de se retrouver devant un tribunal .Pour revenir à une vie normale devons nous nous résigner, pour des raisons bassement politiques, devoir attendre encore très longtemps qu’il n’y ait plus un seul malade hospitalisé pour suspicion de Covid-19 en France…

Philippe Boyer

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

© Tous les droits sont réservés

Fait avec ❤ par Philippe Boyer

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.