24 février 2016 – Soutenons madame El Khomri !

Soutenons madame El Khomri !

Par Philippe Boyer.

24 février 2016 -Soutenons madame El Khomri !

Le nouveau ministre du Travail propose un texte de loi concernant la réforme et la flexibilité du travail. Il rencontre, à ce titre, de vives critiques venant de la gauche de la gauche – qui, comme d’habitude, s’oppose au moindre changement par pur dogmatisme – et des syndicats. Certains appelant déjà à la grève générale alors même que ce projet de loi n’a même pas encore été discuté en Conseil des ministres. Pour eux, il est sans doute préférable de maintenir les Français dans la précarité : une façon, pour eux, d’entretenir leur fonds de commerce…

Rien ne devrait donc changer, malgré des résultats déplorables depuis plus de trente ans. Un chômage endémique dépassant aujourd’hui allègrement les 10,7 % de la population active, uniquement dans la catégorie A.

5.800.000 chômeurs (DOM inclus), toutes catégories confondues (A, B et C). Sans parler des personnes hors droits inscrites au RSA ou celles qui ont complètement disparu des écrans radar de l’administration du travail… Et nous devrions continuer de fonctionner avec des règles établies en 1948 à une période où la question du chômage ne se posait pas ?

Dans ce pays, il y a deux problèmes autour du travail: Premièrement, le manque de souplesse à l’embauche et, deuxièmement, le coût des charges sociales qui est de 65 % en moyenne, soit le plus élevé d’Europe, qui connaît un taux moyen de 41,1 %. Nous sommes loin devant et nous pouvons voir, au travers de ces quelques chiffres, le chemin qu’il reste à parcourir pour devenir compétitifs sur les marchés continentaux et mondiaux.

 Le nouveau ministre fait quelques propositions simples pour alléger le poids et l’incertitude que peut représenter, pour une petite ou moyenne entreprise, le simple fait d’embaucher une personne. Il est terminé, le temps où l’on commençait à travailler à 16 ans pour n’en ressortir que le jour de la retraite. Le monde d’aujourd’hui demande de la souplesse et des facilités d’adaptation à des marchés de plus en plus globaux et concurrentiels.
Ces quelques propositions ne changeront pas le monde mais sont une première avancée vers un certain pragmatisme économique. Pour ce qui est du volet des charges sociales, un premier tout petit pas vient d’être fait vers les agriculteurs, mais pour être efficace, il faudrait que cette mesure soit étendue à tous les secteurs économiques, ou du moins à toutes les TPE-PME. Mais ne rêvons pas : ce ne sera sûrement pas pour demain ! Il faudrait, pour cela, que l’État, impécunieux et gaspilleur, décide de faire des économies partout où c’est possible…

Depuis toujours, simple citoyen et  artisan, je me suis élevé contre toutes les politiques économiques de la gauche – et parfois aussi celles de la droite – qui n’ont eu pour seule conséquence que de plonger notre pays dans le marasme le plus profond. Pour une fois qu’un gouvernement semble vouloir faire avancer les choses dans le bon sens, il est urgent et important de soutenir ses propositions et de réagir de façon responsable face à une gauche arriérée.

Robert Badinter a rendu, en janvier, un rapport dans lequel il propose 61 principes essentiels. Ces principes ont vocation, selon Manuel Valls, à constituer le préambule du futur Code du travail.  Ces principes  sont toujours d’actualité mais ceux qui contestent la réforme El Khomri les ont-ils lus ? Pas certain…

Soutenons la réforme du ministre du Travail !

Soutenons madame El Khomri

24 février 2016 -Soutenons madame El Khomri !

 

Politique  

Les collaborateurs parlementaires : l’arbre Fillon qui cache la forêt…